Rechercher sur le site 
 
 Adhésion  | Abonnement | Mentions légales | Plan du site  | Aide 
  Inscription à la lettre d'information  Suivez-nous sur Facebook ! Page Facebook Suivez-nous sur Google+ ! Google+

Questions des lecteurs (revues n° 51 à 60)

Autres questions parues : revues n° 1 à 10, 11 à 20, 21 à 30, 31 à 40, 41 à 50, 61 à 70 et 71 à 80

Questions de la revue n° 60 :

 60/1 (réponse dans la revue n° 60) : Je fais actuellement des recherches sur mon grand-père JACQ Marcel né le 11/06/1908 à Paris ; soldat au 624e Régiment de Pionniers, prisonnier durant la Seconde Guerre mondiale. Je sais qu'il a été emmené à Cambrai au Frontstalag. Pourriez-vous me dire si vous avez des informations sur ce camp de prisonniers : son lieu, le nombre de prisonniers, la date d'ouverture...

M. H. J. (Corbeil-Essonnes, Essonne)

 60/2 (réponse dans la revue n° 60) : Mon bureau d'études est chargé par la préfecture de Lille et la D.D.T.M. (anciennement D.D.E.) de réaliser le Plan de Prévention du Risque inondation de la vallée de la Selle. À ce titre, nous recherchons toute source d'information, visuelle, cartographique, textuelle nous permettant d'enrichir notre connaissance des épisodes d'inondation survenus dans cette vallée. Je me permets donc de vous contacter pour savoir si vous auriez des informations à ce sujet en votre possession, des références des archives départementales ou de la bibliothèque de Cambrai que nous n'aurions pas encore retrouvées pour aller plus loin dans notre démarche. Pour votre information, nous avons pour le moment retrouvé mention d'inondations en 1739, 1757, 1784, 1820, 1841, 1891, 1966 et 1980. Les informations plus récentes sont sans doute disponibles dans les communes auprès desquels nous travaillons actuellement.

M. W. H. (Dierre, Indre-et-Loire)

 60/3 : Mon ancêtre Vital Ernest DEVILLE est né le 28 mars 1870 à Étreux dans l'Aisne. Il a travaillé comme cheminot. Il serait décédé d'une maladie pulmonaire à Busigny entre 1910 et 1925 (?). Y avait-il des hôpitaux à Busigny à cette époque ? Qui pourrait m'en dire plus sur ce décès ?

Mme E. P. (Metz, Moselle)

 60/4 (réponses dans les revues n° 61 et 67) : Recherche tous renseignements sur "les sujets Britanniques résidents en Cambrésis en 1940" et en particulier des "jardiniers" (souvent des Anciens Combattants de la Guerre 14-18) qui entretenaient les nombreux cimetières Britanniques de nos régions (plus de 250 dans le Nord du pays). Un descendant de ceux-ci s'y est intéressé et a pu constater que la plupart d'entre eux furent arrêtés à leur domicile en France et internés pendant 5 ans dans le camp de Tost (près de Cracovie). Son travail acharné lui a permis d'en retrouver plus de 800, provenant notamment du Nord de la France. Bien entendu tous les détails seront les bienvenus : lieu d'habitation, mariage avec des françaises, descendance actuelle, etc.

M. D. D. (Arras, Pas-de-Calais)

 60/5 (réponse dans la revue n° 60) : Recherche ascendance de Jean-Baptiste DOISE né le 19 octobre 1868 à Rieux-en-Cambrésis, décédé le 15 novembre 1948 à Roubaix.

Mme E. D. (Vancouver, Canada)

 60/6 (réponse dans la revue n° 60) : Un acte signale que le village de Beaurevoir, dans l'Aisne mais proche du Cambrésis, fut envahi par l'ennemi en août 1793. Il pourrait s'agir des troupes autrichiennes qui faisaient le siège de Valenciennes. Les troupes autrichiennes sont-elles descendues dans la région de Wassigny ?

M. D. H. (Gressy, Seine-et-Marne)

 60/7 (réponse dans la revue n° 60) : Cherche à savoir si la date de la construction de la maison située au 25 rue d'Alsace-Lorraine à Cambrai (auto-école CUVILLIER) est antérieure ou postérieure à la Première Guerre.

M. R. C. (Cambrai, Nord)

 60/8 : Recherche date de décès de Pierre-André LEMAIRE, né le 11/08/1807 à Bévillers, fils de Philippe LEMAIRE et de Séraphine COUTANT, marié le 14/11/1826 à Bévillers à Augustine MANTELET, née en 1787 à Thun-Lévêque, décédée le 7 janvier 1855, d'où Séraphine LEMAIRE, née le 12/03/1827, épouse de Félix BODAT.

M. G. M. (Caudry, Nord)

 60/9 : Recherche toutes informations sur Numa CAULLET (né le 5 février 1818), originaire de la ferme de Fleury à Haspres, qui s'occupa un temps du moulin et de la sucrerie familiale (fondée en 1837) avant d'exploiter à partir de 1847 le moulin et la sucrerie de Thun-Saint-Martin.
06/01/1847 : Constitution de la Société en noms collectifs Numa CAULLET et Alexandrine RAOULT veuve BAUDUIN au capital de 200 000 F. Acte de constitution en 23 articles précisant les apports en argent et en propriété de chacun des associés. Établissement d'une briqueterie temporaire pour la fabrication de 300 000 briques nécessaires à la construction de la sucrerie (terre fournie par la veuve BAUDUIN) (A.D.59, J1509/57).
Entre 1849 et 1852, Numa CAULLET racheta les parts de la veuve BAUDUIN et différents terrains (A.D.59, J 1175/59). Le 19 mai 1852, la sucrerie de Thun Saint-Martin et le moulin à farine furent vendus pour la somme de 130 000 francs à Messieurs DELLOYE et Cie, négociants à Cambrai. Charles DELLOYE était le président du tribunal de commerce de Cambrai.
La tradition familiale veut que Numa CAULLET en faillite ait quitté le territoire métropolitain pour gérer une fabrique de sucre aux Antilles. Qui pourrait m'en dire plus à ce sujet ?

M. B. S. (Vanves, Hauts-de-Seine)

 60/10 : Recherche toutes informations sur les civils et combattants lors de la Première Guerre mondiale le long du canal de la Sambre, depuis Ors jusque Vadencourt.

Mme F. K.

 60/11 (réponse dans la revue n° 61) : Recherche toutes informations sur les membres du réseau de renseignements "Victor" (du nom de Victor MARIE) dont on trouvait en 1915 et 1916 de nombreux membres dans le Cambrésis (et dans la région de Villeret, près de Saint-Quentin), et en particulier sur Lucien FRANÇOIS, né aux Rues-des-Vignes (Crèvecœur-sur-l'Escaut) le 8 décembre 1890, ouvrier des Chemins de Fer, domicilié ensuite rue d'Arras à Cambrai et fusillé avec plusieurs de ses camarades, le 27 décembre 1916, à 7 heures 35 du matin, à l'âge de 26 ans.

M. B. B. (Aulnay-sous-Bois, Seine-Saint-Denis)

 60/12 (réponse dans la revue n° 61) : Québécois d'origine, mais installé depuis 35 ans dans la Meuse, j'ai été vivement intéressé par la lecture de votre excellent article dans la revue 52 sur Marguerite FÉRON , "fille du Roy" originaire du Cambrésis, qui s'installa en Nouvelle-France (Québec) en 1672, car je descends moi-même de "filles du Roy". Auriez-vous d'autres informations sur des Cambrésiens s'étant installés au Québec aux XVIIe et XVIIIe siècles.

M. R. B. (Saint-Dizier, Haute-Marne)

 60/13 (réponse dans la revue n° 60) : Je cherche des renseignements concernant un Jean PERILLEUX, dit de LUCHEUX, seigneur de Montcornet vers 1520, selon le dictionnaire de MELLEVILLE. Ce Jean serait le gendre de Marie d'AVESNES (Avesnes-les-Aubert) - branche des CLERMONT d'AVESNES. Il est notifié à la cour de Rumilly en date du 12 mai 1466 pour un fief qu'il prétendait tenir de sa belle mère (sentence rendue en faveur de Georges d'ESCLAIBES).

Mme A.-M. D. (Avesnes-sur-Helpe, Nord)

 60/14 (réponse dans la revue n° 61) : La recherche de mes ancêtres ALVIN a progressé ces derniers temps grâce aux renseignements que vous m'avez communiqués et aux recueils de M. Jean DOFFE, que je voudrais remercier par votre intermédiaire, sur Lesdain et Crèvecœur. Guidé dans les Archives Départementales du Nord par la lecture de ces publications, j'ai fait le lien avec la descendance d'Eloy ALVIN né à Beauvois-en-Cambrésis vers 1645 ; des incertitudes subsistent toutefois... Faut-il rechercher à Beauvois-en-Cambrésis vers 1725-1726 la naissance de Jacques ALVIN et Michel ALVIN, mulquiniers à Crèvecœur, au même titre que leurs frère et sœur figurant dans l'acte de partage des époux ALVIN-SORLIN de 1781 ? Un premier sondage dans les Archives Départementales disponibles des années 1730 n'a rien donné et les dictionnaires ou sites Internet qui se sont penchés sur cette famille ignorent totalement l'existence de ces fils Jacques et (Jean) Michel, (Jeanne Catherine SORLIN est baptisée HERLIN). Par ailleurs, M. Jean DOFFE, dans son recueil sur Crèvecœur, présente Jacqueline CATOIRE comme étant la mère de Marie Brigitte DENIS épouse de Michel ALVIN, et de Marie Adrienne DENIS épouse de jacques ALVIN, ce qui est confirmé par la lecture des actes. Charles DENISE, effectivement présent sur Rumilly, père des deux filles, est-il le même que celui qui a épousé à Crèvecœur en 1718 Marie Jeanne CHARLET ? Marie Brigitte a épousé Michel ALVIN à Rumilly en 1757, où s'est déroulé le mariage de Jacques et Marie Adrienne ?

M. C. A. (Bourlon, Pas-de-Calais)

 60/15 (réponse dans la revue n° 60) : Dans l'inventaire de la série L des Archives Départementales du Nord, Max BRUCHET, archiviste, indique Saint-Hilaire-lès-Cambrai appelé aussi "Bon-Air"...

M. D. H. (Gressy, Seine-et-Marne)

 60/16 (réponse dans la revue n° 60) : Le village de Prémont est dénommé dans un document une des 12 pairies du Cambrésis ? Qu'est-ce-que cela veut dire ?

M. D. H. (Gressy, Seine-et-Marne)

 60/17 (réponse dans la revue n° 60) : Mon arrière-grand-oncle Nicolas BOISDENGHIEN (1851-1933), marié à Lesdain à Marie Celina-Adeline NOYELLES, aurait été le propriétaire d'un cinéma à Caudry (avant ?) et après la Première Guerre mondiale. Où était ce cinéma ? Une sœur de Nicolas qui s'appelait Marie Joséphine Désirée (1858- ?), mariée à Lesdain à Hubert Ghislain DRON, serait partie avec son mari ouvrir un hôtel à Esnes. Des cartes postales d'avant 1914 montrent au dessus de la porte d'une maison dans la rue montante en face de l'église d'Esnes, une pancarte au nom de DRON-BOISDENGHIEN. Peut-on avoir des infos sur ce commerce ? Combien de temps a-t-il duré ?

M. C. C. (Saint-Saulve, Nord)

 60/18 : Recherche informations sur Casimir SUPERSKI, d'origine polonaise, arrivé dans le hameau de Beaucamp, à Villers-Plouich, entre 1942 et 1945.

M. H. M. (Crèvecœur-sur-l'Escaut, Nord)

 60/19 (réponse dans la revue n° 61) : Nous habitons depuis bientôt neuf ans le quartier Saint-Roch à Cambrai, exactement au 2 rue du Pont de Pierres, une maison nommée "Mon Doux Repos". C'est une propriété de 1923 que nous nous efforçons de rénover. Qui pourrait nous donner des informations sur notre maison (l'origine de son appellation par exemple) ?

Mme S. D. (Cambrai, Nord)

 60/20 : Je suis à la recherche d'informations (documents photographiques, documents écrits, films) concernant l'aviation pendant la période allant de novembre 1917 à fin mars 1918. Mon intérêt concerne essentiellement les aérodromes d'Avesnes le Sec, Iwuy et Lieu-Saint-Amand qui ont accueilli les Jastas 4,6, 10 et 11 regroupées en JG1 et commandées par Manfred von RICHTHOFEN "Le Baron Rouge" (entre le 20 novembre 1917 et le 21 mars 1918). Il y a aussi après cela une petite semaine passée à Awoingt. Mon but est le devoir de mémoire envers les habitants de la région, avec peut-être à la clef une exposition locale exposant le résultat de mes recherches. Les meilleurs livres, documents sur cette période sont des livres écrits en langue anglaise et en deux années de recherches sur le Net, mais aussi auprès des mairies concernées, au musée de Péronne et biens d'autres contacts en Allemagne, en Australie, aux États-Unis, je n'ai pu trouver que quelques photos (en tout 5 identifiées sur les 4 aérodromes cités précédemment, et divers articles et extraits expliquant la vie des pilotes tirés du livre les carnets de Karl BODENSCHATZ qui était l'adjudant qui avait suivi l'escadrille RICHTHOFEN jusqu'à la fin de la Guerre). Je suis également intéressé bien entendu par les autres aérodromes de la région comme celui de Boistrancourt et par toute autre information sur l'aviation pendant la Guerre 14-18.

M. M. L. (Iwuy, Nord)

Questions de la revue n° 59 :

 59/1 (réponse dans la revue n° 59) : Recherche ascendance de Jean-Baptiste MOREAU, né en 1792 à Masnières, décédé entre 1862 et 1873 et de son épouse Sophie MAILLOT, née en 1796, décédée le 20 mars 1873 à Masnières.

M. C. I. (Ambazac, Haute-Vienne)

 59/2 : Recherche tout document concernant les maisons fortes autour d'Élincourt du XIe au XVIe siècle dans le canton de Clary.

M. L. L. (Appoigny, Yonne)

 59/3 : Étant en train de faire l'historique de ma maison ("Petit château" de Burdinne), j'ai contacté plusieurs personnes âgées de mon village (Burdinne en Belgique) qui m'ont dit que pendant la guerre 14-18 il y avait beaucoup de Français de Rumilly et Masnières en évacuation dans le village. Les propriétaires de ma maison étaient à ce moment-là les "de PIERPONT-DOUXCHAMPS". Auriez-vous de la documentation ou des photos concernant soit le village de Burdinne (Belgique), soit ma maison.

Mme A. L. (Burdinne, Belgique)

 59/4 (réponse dans la revue n° 59) : Je recherche tous renseignements concernant la chapelle "Saint-Mont-Ferat, de l'église Saint-Georges de Cambrai", ainsi que tous renseignements concernant Maître Maximilien CHEVALIER, étudiant à Douai en 1746, puis vicaire de la paroisse Saint-Georges à Cambrai, né à Cuvillers vers 1726, qui y fut inhumé le 5 mars 1760.

M. F. C. (Raismes, Nord)

 59/5 (réponse dans les revues n° 59, 65, 67 et 76) : Je prépare un ouvrage sur l'histoire des radars en France et de leur utilisation en D.C.A. Il se trouve que le premier radar de l'Armée Française a été mis en station au Cateau avant le 12 avril 1940 (date de la décision du Général GAMELIN de la création des unités de guet électromagnétique). Cette station de fabrication anglaise avait été livrée au Cateau-Cambrésis avec ses opérateurs anglais qui avaient été relevés vers novembre 1939 par des techniciens (dont on a les noms) ! Auriez-vous quelques traces de cet événement ?

M. G. D. (Thousand-Oaks, États-Unis d'Amérique)

 59/6 (réponse dans la revue n° 59) : Recherche les parents de Noël de HOVE(S) († 1677) marié à Marie DELEBRUYERE.

M. A. R. (Leers, Nord)

 59/7 (réponse dans les revues n° 59, 60, 65 et 72) : À la page 12 de la revue n° 46, vous citez "Hubert Guislain BRICOUT (instituteur, puis clerc laïc 1833 - décédé en 1872)"... Auriez-vous vous d'autres informations sur ses origines et sa descendance ? Je bloque en effet dans mes recherches sur mon aïeul Hubert BRICOUT, marié selon les tables le 17 août 1833 avec Stéphanie HUMAIN, que je ne retrouve pas non plus, parents de François BRICOUT né à Lesdain le 18 juin 1847

M. C. A. (Bourlon, Pas-de-Calais)

 59/8 : Recherche tous documents ou cartes postales anciennes sur le tir à l'arc ou le tir à l'arbalète dans le canton de Clary.

M. L. L. (Appoigny, Yonne)

 59/9 (réponse dans la revue n° 60) : Recherche le lieu d'inhumation de Joseph Louis CATEL, né le 22 août 1898 à Ermenonville (Seine-Inférieure), soldat au 28e Régiment d'Infanterie, décédé le 4 mars 1919 à l'Hôpital Civil de Cambrai.

M. J.-M. C. (Savy-Berlette, Pas-de-Calais)

 59/10 (réponse dans les revues n° 60 et 61) : Recherche des renseignements sur le quadruple assassinat qui a eu lieu àViesly dans la nuit du 12 au 13 décembre 1817 et concernant la famille DESENFANS-HERMENT. Jean-Baptiste DESENFANS alors âgé de 33 ans était cultivateur à Viesly et avait un frère cadet : Louis Joseph qui était fermier à Viesly. Quelles fermes exploitaient-ils l'un et l'autre ? La famille DESENFANS était-elle implantée depuis longtemps à Viesly ? S'agit-il d'un crime crapuleux, d'une querelle entre cultivateurs, d'une affaire de mœurs, d'une mesure de représailles des troupes d'occupation ou autre ?

M. B. S. (Vanves, Hauts-de-Seine)

 59/11 (réponse dans les revues n° 60 et 64) : Je recherche une représentation visuelle et historique des armoiries de deux personnages, deux frères, Pierre Philippe et Jean-Baptiste BOUVIGNY. Le premier prêtre, chanoine et grand ministre de Saint-Géiy et le second chanoine de Saint-Géry. Voici l'explication du blason : "d'or à un chevron d'azur, accompagné en chef de deux cors de chasse de gueules et en pointe d'une hure de sanglier, arrachée de sable, lampassée de gueules et défendue d'argent" (Armorial de Flandre, du Hainaut et du Cambrésis de BOREL d'HAUTERIVE (1710)). Armes du village de Bouvigny-Boyeffles : "d'or au chevron d'azur, accompagné de deux huchets contournés de gueules et en pointe d'une hure de sanglier contournée de sable, défendue d'argent et lampassée aussi de gueules".

M. F. G. (Bouvigny-Boyeffles, Pas-de-Calais)

 59/12 : Recherche tous renseignements sur Phillip CARLIER (Phles CARLYER), tuteur des enfants de François DESMAREST et d'Elizabeth HERBECQ, qui vivait à à Cambrai en 1605. Recherche également renseignements sur la famille de Marguerite de HERVILLE, épouse de Jean DESMAREST.

M. A. W. (Red Bank, États-Unis d'Amérique)

 59/13 (réponse dans la revue n° 60) : Je recherche des informations sur l'activité industrielle et commerciale dans le Nord - Pas-de-Calais de mon grand oncle Otto HEYMAN(N). Le site http://www.caudry.fr/jeu_histoire mentionne sous la page essor industriel de Caudry et la Première Guerre mondiale : "Suite à l'assassinat de l'archiduc d'Autriche à Sarajevo le 28 juin 1914 et aux tensions à travers l'Europe, les gouvernements se préparent au conflit. À Caudry, les commissionnaires allemands en dentelle HEYMANN et ALEXANDER quittent la ville le 20 juillet. L'ordre de mobilisation générale est affiché en Mairie le 28 juillet..." Ce texte, plein de sous-entendus, est probablement fondé sur un ouvrage de MM. A. FLAMENT et P. RAGUET. Or, mon grand-oncle Otto HEYMAN (1864-1957) avait établi avec un associé nommé ALEXANDER une fabrique de tulles et de broderies mécaniques dans le Cambrésis bien avant la Première Guerre mondiale. La fabrique et les bureaux étaient situés à la rue Nationale soit à Cambrai, soit à Caudry dans un bâtiment construit par l'architecte Alexandre RONNELLE (1835-1911). O. HEYMAN, naturalisé Français, possédait par ailleurs une autre fabrique de broderies à Calais à laquelle mon grand-père était associé. Que savez-vous précisément sur les commissionnaires HEYMANN et ALEXANDER. Auriez-vous des précisions quant à la localisation de cette fabrique de tulles et son importance ?

M. M. H. (Genève, Suisse)

 59/14 (réponse dans la revue n° 60) : Voici une photographie extraite du fonds photographique BOUTIQUE de Douai. Il s'agit de la gare de Cambrai sans doute dans les années 1900-1913. Mais qui sont les géants ?

M. D. S. (Douai, Nord)

Questions de la revue n° 58 :

 58/1 (réponse dans la revue n° 58) : Ma famille étant originaire de Bantigny, j'aimerais savoir si parmi toutes vos recherches et écrits vous auriez connaissance d'une chapelle existant sur le territoire de Bantigny et qui aurait appartenu à la famille THERY suite à un achat de terrain à un autre propriétaire. Quelle était la raison de la construction ?

Mme J. B. (Les Andelys, Eure)

 58/2 (réponse dans la revue n° 58) : Recherche ascendance de Prosper Aimé VELY, né vers 1802 à Crèvecœur, décédé en 1874 au Ronssoy (Somme), père du fameux peintre Anatole VELY (1838-1882), natif du Ronssoy.

Mme G. P. (Le Ronssoy, Somme)

 58/3 (réponse dans la revue n° 58) : Sur le monument aux morts de Banteux est apposée une plaque indiquant "À la mémoire du chevalier Louis Joseph TROCMET, chef de bataillon, officier de la Légion d'Honneur, Marie-Claire CREPIN, sa veuve inconsolable. Né à Banteux le 21 novembre 1766 à Banteux, il est décédé à Bantouzelle le 22 mai 1873. De 1792 à 1815, il n'a cessé de servir avec honneur sa patrie. Homme juste et bienfaisant, intrépide guerrier, excellent citoyen, il a emporté les regrets de tous. La commune de Banteux a prouvé qu'elle était fière de lui avoir donné le jour". Qui pourrait m'en dire plus sur ce personnage ?

M. E. L. (Banteux, Nord)

 58/4 (réponse dans les revues n° 58 et 59) : Il me revient qu'en 1914-1918, il a existé dans votre région des camps de travail (bataillon) pour les déportés civils tournaisiens. J'aimerais obtenir des infos à ce sujet. Mon grand-père maternel Léon MOULIN y aurait été interné. Existe-t-il des archives ? Y a-t-il un historien régional susceptible de me renseigner ?

M. M. H. (Belgique)

 58/5 (réponse dans la revue n° 58) : Dans votre revue n° 57, Jean-Philippe MAFILLE conteste l'existence au XVIe siècle de l'Auberge des 17 Provinces et la présence des LEFRANCQ (ancêtres maternels de Jean CALVIN) à Cambrai. A-t-il connaissance d'un article du Docteur Pierre BRIFFAUT dans "Le programme des festivités de Cambrai du 15 août 1988" ? Dans cet article intitulé "l'Auberge des 17 Provinces", le Docteur BRIFFAUT donne des références consultables, d'après lesquelles il assure que cette maison existait au XVIe siècle et était tenu par Jacques LEFRANCQ. Le sujet m'est sensible, mes arrière-grands-parents ayant, pendant quelques années, été propriétaires de l'auberge. Pouvez-vous confirmer ou infirmer l'article du Docteur BRIFFAUT ou la note de Jean-Philippe MAFILLE ?

Mme M. F. (Saint-Sauveur-de-Montagut, Ardèche)

 58/6 (réponses dans les revues n° 59 et 60) : Que sait-on de ce qui s'est passé à Masnières pendant la guerre de 1870 ? Les démolitions par faits de guerre ? Le couple Joseph FLIPOT et Pauline MOREAU était dit, en 1877, aubergiste et entrepreneur de voitures publiques (route Nationale) sur 4.40 ares. Cette auberge a-t-elle été démolie ? Endommagée ? Pendant la Première Guerre mondiale, la maison de mes grands-parents Charles LASSELIN et Anna FLIPOT a été démolie. Est-ce par incendie ou par bombardement ? Ils habitaient en 1906, 14 quartier de l'Église (marchand de charbon et sellier). Mais le dossier de dommages de guerre mentionne un hangar au lieu-dit "le Chauffour" rue de Cambrai ; route nationale : maisons et dépendances ; rue de Marcoing : maison + boulangerie + écurie. Tous détails, ainsi qu'un plan seraient les bienvenus.

Mme M. F. (Saint-Sauveur-de-Montagut, Ardèche)

 58/7 (réponse dans la revue n° 59) : Où puis-je trouver des informations sur les événements à Saint-Hilaire-lez-Cambrai pendant la Première Guerre mondiale. Une partie de la population civile aurait été déplacée vers la Belgique vers la fin du conflit en fonction du déplacement de la ligne du front.

M. D. H. (Gressy, Seine-et-Marne)

 58/8 : Je recherche des traces du mariage de deux Juifs hollandais nés à Amsterdam : Isaac Levi WITSENHAUSEN et Caroline GOSLIN, qui se seraient mariés selon un acte de naissance d'un de leurs fils à Iwuy près de Cambrai en juillet 1817. Il était marchand de cirage. Il n'y a trace de ce mariage ni à la mairie, ni dans les tables décennales. Y avait-il une administration propre aux troupes d'occupations ou connaissez vous les notaires d'Iwuy à l'époque ?

M. J.-P. W. (Romans-sur-Isère, Drôme)

Questions de la revue n° 57 :

 57/1 (réponse dans la revue n° 57) : En juillet 1944, un V1 certainement désemparé venant de la direction approximative de l'Ouest de Cambrai (Noyelles-sur-Escaut ?) a survolé Marcoing à hauteur de l'écluse de Bracheux, est passé à l'Ouest de Bonavis, a survolé le village des Rues-des-Vignes (cf. "Crèvecœur. les-Rues-des-Vignes. Lesdain libérés", page 27) et se serait écrasé à Prémont (02) dans une pâture. Je souhaiterais avoir des précisions à ce sujet et en particulier des témoignages sur son point de chute.

M. D. D. (Arras, Pas-de-Calais)

 57/2 (réponse dans la revue n° 57) : Mon père décédé en 1992 fut pilote de chasse. Il s'agissait du Sergent-Chef Georges MARTIN, né le 18 octobre 1907, qui habitait en 1940 à Chatillon-sous-Bagneux (Seine). Il faisait partie de la Base Aérienne 122, groupe de chasse 111/10, 2e escadrille avion. Le 14 mai 1940, entre 19h30 et 20h15, son avion (Bloch mb 152, portant le numéro 235) se posa en catastrophe dans la région de Cambrai. Je n'ai aucune information le concernant pour les 15, 16 et 17 mai. Le 18 mai, l'hôpital complémentaire "les Anglais" enregistre son entrée comme s/c du 23e R.I.C... probablement pour cacher aux Allemands sa qualité de pilote. Il sombra en fait dans le coma pour se réveiller 10 jours plus tard prisonnier dans un hôpital du Touquet. Les archives de l'Armée de l'Air, ni celles de l'Armée de Terre ne m'ont pas permis de retrouver l'endroit où il s'est posé... J'ai également pensé aux journaux régionaux, mais existe-t-il encore des archives consultables de cette époque ? Quelqu'un pourrait-il m'aider dans cette recherche ?

M. J.-G. M. (Boussy-Saint-Antoine, Essonne)

 57/3 (réponse dans la revue n° 57) : Préparant actuellement une thèse sur l'amiral Gaspard de COLIGNY, célèbre chef Huguenot (1559-1572), je serais à la recherche de toutes informations concernant la trêve de Vaucelles qui fut signée le 5 février 1556 en l'abbaye de Vaucelles entre les VALOIS et les HABSBOURG, une trêve de 5 ans qui ne fut pas respectée, puisqu'en août 1558 commençait le siège de Saint-Quentin.

M. D. O. (Vayres-sur-Essonne, Essonne)

 57/4 (réponse dans la revue n° 57) : Dans le cadre de l'écriture d'un ouvrage sur la généalogie de la famille de BEAUVAU-CRAON, je recherche le nom des parents d'Antoine-Maximilien Albert d'ANNEUX, comte de Wargnies, et la date de son mariage avec Marie-Louise de BEAUVAU-CRAON.

M. G. M. (Lyon, Rhône)

 57/5 (réponse dans la revue n° 57) : J'ai eu le plaisir de lire les articles très intéressants sur le quartier Saint-Druon de Cambrai sans y trouver, sauf erreur de ma part, la mention d'une fouille géologique ou archéologique exécutée dans une sablière dans laquelle des ossements d'animaux ont été découverts par le chanoine GODON, professeur de Sciences au Lycée Notre-Dame. Avez-vous connaissance de ce lieu ? Dans l'affirmative, pouvez-vous m'indiquer la position exacte de cette sablière ? Une partie des ossements mise à jour au début du XXe siècle est aujourd'hui au Musée d'Histoire Naturelle de Lille.

M. P. L. (Rumilly-en-Cambrésis, Nord)

 57/6 (réponse dans la revue n° 58) : Auriez-vous des informations sur les événements survenus à Malincourt les 19 et 20 mai 1940. À cette date, 12 soldats et 39 civils furent tués, une quinzaine d'habitations furent brûlées par bombes incendiaires et deux obus tombèrent, causant d'importants dégâts. Trois des soldats furent tués par la "Cinquième Colonne" et les civils furent tués lors d'un mitraillage, dans la rue principale.

M. A. W. (Walincourt-Selvigny, Nord)

 57/7 (réponse dans la revue n° 57) : Je travaille actuellement dans le cadre de mes études doctorales d'histoire sur les écrits de Michel-David de LA BIZARDIÈRE (fin XVIIe, sur l'élection des rois de Pologne). Je rencontre beaucoup de difficultés à établir la biographie de cet auteur puisque je vis en Pologne où peu de documents en français sont consultables. Selon certaines sources, il serait le fils d'une famille noble de Normandie et aurait été chapelain de Sainte-Marguerite du château d'Honnecourt, dans le diocèse du Cambrésis à compter de 1676. Peut-être pouvez-vous m'aider ? Toute information sur le château au XVIIe sera la bienvenue. Mais je cherche avant tout à savoir qui était cet homme, de quelle famille noble venait-il principalement et jusqu'à quand il a exercé cette charge de chapelain ?

Mme E. S. (Pologne)

 57/8 : Dans la tour d'Ostrevent à Bouchain, on peut trouver cette énigmatique inscription probablement gravée par un prisonnier (?) italien avant le XIXe siècle : "IQUESTE CHARCERE DE BUSIN, CHARCERATO VALESIO CHIN PERNON FR PARLE CHOIT ET AI CRBONARI NULIAMO NOI GNAI CONDIMAGOR CIR NE PORTO IL QUESTO I FUFATOI". "Charcere" doit probablement signifier "emprisonner", "Busin" désigne certainement Bouchain et "Valesio" Valenciennes. Quelqu'un pourrait-il me guider dans l'explication et le déchiffrement de cette inscription ?

M. B. G. (Cattenières, Nord)

 57/9 (réponse dans la revue n° 57) : Recherche ascendance de mon père Jean DENIMAL, né à Clary en 1888.

Mme N. K. (La Flachère, Isère)

Questions de la revue n° 56 :

 56/1 (réponse dans la revue n° 56) : J'ai découvert dans l'excellent article de Christian COLPART "À propos du baudequin frappé par Jean de FLANDRE en 1311" (revue n° 54) une pièce de monnaie ressemblant étrangement à celle découverte dans mon jardin ? Pourriez-vous m'indiquer la provenance de la pièce ci-dessous ?

M. I. P. (Honnecourt-sur-Escaut, Nord)

 56/2 (réponse dans la revue n° 56) : Je suis un passionné de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et à ce sujet je suis à la recherche de renseignements et documents concernant mon grand-oncle André CARION ayant appartenu à un mouvement de résistance dans le secteur de Crèvecœur-sur-l'Escaut. Si vous avez des anecdotes le concernant, lui ou le mouvement dont il faisait partie, cela m'aiderait beaucoup dans mes recherches.

M. Y. D. (Clary, Nord)

 56/3 (réponse dans la revue n° 57) : Je suis à la recherche du livre de Jean LE CARPENTIER "Histoire des Pays-Bas ou Histoire de Cambrai et du Cambrésis". Sauriez-vous m'indiquer à quel endroit je puis le commander ?

M. P. B.

 56/4 (réponse dans la revue n° 56) : Notre association prépare actuellement une exposition virtuelle consacrée à l'histoire de la centrale d'Eysses (Lot-et-Garonne) et de ses internés durant la Seconde Guerre mondiale. Au sein de cette exposition, nous envisageons de réaliser des parcours suivants les itinéraires personnels de quelques résistants dont Paul WEIL, né à Versailles le 8 mars 1916, médecin, déporté à Dachau. En 1940, Paul WEIL appartenait à la 22e section d'infirmiers militaires. Il a été capturé le 19 mai 1940 dans sa formation sanitaire (hôpital d'orientation et d'évacuation n° 2) à Marcoing (Nord). Il s'évade le 2 novembre 1940. Vous serait-il possible de nous faire savoir si vous disposez de documents sur cet hôpital et sur la capture par les Allemands du personnel médical ?

M. F. B. (Paris)

 56/5 (réponse dans les revues n° 56 et 61) : J'effectue des recherches généalogiques sur la famille YVANO. Ce nom apparaît à Solesmes le 19 mars 1817 suite à la naissance de Jacob Joseph né de la relation d'un soldat russe Ignace YVANO cantonné à Solesmes du 12e Régiment avec une demoiselle Rosalie WANECQ. La grande majorité des YVANO est restée dans le Cambrésis et actuellement on trouve même des YVANO à Cambrai. Lors de mes recherches je me suis trouvé confronté à divers obstacles dont ceux que je vous expose ci-après.

  • Famille BERNIER-YVANO : Philippe Joseph BERNIER, né à Solesmes le 24 décembre 1842 et marié à Solesmes avec Françoise YVANO le 4 juillet 1865, est décédé à Cayenne le 28 octobre 1902. Sur la transcription de l'acte de décès en mairie de Solesmes il est noté : décédé à l'hôpital colonial de Cayenne et copie conforme délivrée à Monsieur le Directeur de l'Administration pénitentiaire. Comment peut-on trouver l'événement qui a amené Philippe Joseph à se retrouver à Cayenne ?
  • Famille MENARD-YVANO : Jean Baptiste MÉNARD né à Solesmes le 7 août 1833 et marié en 1ères noces avec Désirée YVANO le 25 juin 1855 et en 2es noces avec Joséphine DEGARDIN le 23 novembre 1869, encore vivant au décès de Joséphine le 28 novembre 1904. Je n'arrive pas à trouver son décès sur Solesmes comment puis-je arriver à trouver cette date ?
  • Famille ANTOINE-YVANO : Charles Antoine né le 1er janvier 1861 à Solesmes et marié le 26 avril 1886 avec Victoire YVANO, née le 26 mai 1863 à Solesmes. Impossible de trouver leurs décès. Sur l'acte de naissance de Charles, il est juste noté "ravitaillement Saint-Quentin Aisne le 25 octobre 1941 et septembre 1946" ce qui laisse penser qu'ils auraient évacué dans l'Aisne. En 1946, ils avaient respectivement 85 et 83 ans. Comment savoir où ils sont décédés puisque aucune transcription n'apparaît sur leurs actes de naissance à Solesmes ?

M. G. L. (Quarouble, Nord)

 56/6 (réponse dans la revue n° 56) : La recherche de mes ascendants vient de me faire découvrir un contrat de mariage du 24 novembre 1730 à Cambrai entre Joseph BENOIST et Marie-Barbe DEHORNE (née le 19 janvier 1701 à Cambrai) et fille de Joseph DEHORNE et de Marie Bonne de BARALLE. Cette dernière est née à Cambrai le 6 octobre 1676 (fille de François de BARALLE et de Marie-Anne BAUDERLICQ). Dans votre revue n° 12, vous indiquiez que François de BARALLE est décédé le 8 mars 1699 à Cambrai (paroisse Saint-Nicolas) et qu'il est possible de remonter la filiation de la famille de BARALLE jusqu'au XIIe siècle. J'aimerais connaître les sources qui permettent de faire le lien entre François de BARALLE époux de Marie Anne BAUDERLICQ et Antoine, époux de Marguerite d'OBY, ainsi que pour le reste de l'ascendance.

M. F. A. (Rosult, Nord)

 56/7 (réponse dans la revue n° 56) : En établissant mon arbre généalogique, j'ai appris que mon arrière-grand-père maternel Octave LABBE-LECLUSELLE occupait le moulin de Cantigneul. Serait-il possible d'avoir de plus amples informations sur ce sujet ?

Mme C. B. (Paris)

 56/8 (réponse dans la revue n° 56) : Une carte postale trouvée dans la famille nous a incités à chercher des informations sur un terrible incendie qui a eu lieu à Neuvilly en 1784. C'est dans cette perspective qu'aux Archives Départementales du Nord nous avons eu accès à une "remontrance" adressée au président des États Généraux. Ce document signé par le mayeur, les échevins et le curé de Neuvilly sollicite une aide pour reconstruire les nombreuses maisons détruites. Il contient des détails intéressants sur l'activité économique et la vie générale du village. Ce document est bien connu des personnels des Archives. Nous n'avons pas trouvé d'analyse, ni de compte rendu de cet événement dans les revues et ouvrages d'histoire locale. La distance ne nous permettant pas de consulter les registres paroissiaux pour constater les décès éventuels (le document ne mentionnant qu'un seul blessé et aucun décès en dehors de ceux des animaux), quelqu'un pourrait-il nous aider localement à compléter cette recherche ?

M. D. S. (Limoges, Haute-Vienne)

 56/9 (réponse dans la revue n° 56) : Je me suis procuré dans une vente d'ouvrages anciens un manuscrit ancien de 436 pages en latin ayant pour inscription sur la page de garde : "Manuductio ad logicam scripta à Carolo Antonio Pouillaude Ex Bacq aubancheul nec non tradita à R. P. Liberto Fero é societate lesu. Anno Domini 1724" (prises de notes du cours de logique du Révérend Père Liberto FERO) puis en seconde page "Philosophia rationnalis data a RP Nicolas Josepho gosse scriptaver a Carolo Antonio POUILLIAUDE ex bacq Aubenchoeul. Anno Domini 1725". Une note rédigée au XIXe siècle a été glissée dans l'ouvrage. Elle porte les armoiries et des informations biographiques sur Pierre-Philippe POUILLAUDE (abbé de Saint-Aubert de Cambrai). Qui est ce Charles-Antoine POUILLIAUDE ? Quel est son lien avec les Jésuites et quel est son lien avec le village d'Aubencheul-au-Bac ?

M. C. D. (Neuville-Saint-Rémy, Nord)

 56/10 (réponse dans la revue n° 57) : Je recherche les parents et grands-parents de PATOU Élisabeth, épouse de BOUDAILLEZ Jean-Baptiste, décédée à Cambrai à l'âge de 72 ans le 4 octobre 1723.

M. J. P. (Heppignies, Belgique)

 56/11 (réponse dans la revue n° 57) : Pourriez-vous me communiquer l'historique des propriétaires de l'immeuble sis 153 et 153 bis rue de Lille à Neuville-Saint-Rémy (à l'angle de l'actuelle rue de Vire et de la rue de Lille) jusqu'à 1945.

M. Y. L. (Neuville-Saint-Rémy, Nord)

 56/12 (réponse dans la revue n° 57) : En bas de l'escalier menant au jardin du 35 rue de Douai à Cambrai (où habitaient mes grands-parents), existait une borne à plusieurs faces d'environ 1 mètre de haut et enchâssée dans sa partie haute par une boule métallique d'une dizaine de centimètres. Quel était le rôle de cette borne ?

M. Y. L. (Neuville-Saint-Rémy, Nord)

 56/13 : Mon arrière-grand-père Charles-Maxime VELU avait 47 ans quand il a été tué par les Allemands le 17 novembre 1940 vers 4 heures à Cambrai. D'après les dires de mon grand-père (qui avait quinze ans à l'époque) "Il se promenait les mains dans le dos quand il se serait fait fusillé devant mon grand-père". Il est déclaré décédé au 8 de la rue Vanderburch. Qui pourrait m'en dire davantage sur cet événement ?

Mme S. C. (Martigues, Bouches-du-Rhône)

 56/14 (réponse dans la revue n° 57) : Recherche tous renseignements sur l'usine DEGREMONT du Cateau-Cambrésis.

Mme N. O. (Le Cateau-Cambrésis, Nord)

 56/15 (réponse dans la revue n° 57) : Dans le cadre de mes recherches généalogiques, j'ai découvert que mon ancêtre le plus lointain serait un dénommé Nicolas TANNIER, né entre 1705 et 1712 à Cambrai-Banthieux. Il a épousé Marguerite REMAELE le 14 mars 1738 à Couthuin-Héron en Belgique et il est décédé le 1er avril 1777 à Couthuin (Belgique). Il apparaît que cette appellation de Banthieux n'existe pas et que le plus rapprochant serait Banteux. Qui pourrait m'aider sur les origines cambrésiennes de cette famille TANNIER ?

Mme E. B. (Lomme, Nord)

Questions de la revue n° 55 :

 55/1 (réponse dans la revue n° 55) : Je me suis rendu à Masnières le 2 septembre 1944 et ai participé à la liesse générale. Je souhaiterais obtenir une précision. Vers 7 heures 30, près de la Cité des 22, des F.F.I. poursuivaient quelques soldats allemands qui fuyaient dans la plaine, se dirigeant, semble-t-il, en direction de la cimenterie de Marcoing. À ce moment, il y a eu un échange de coups de feu et un F.F.I. a été blessé au pied par une balle de fusil tirée par un Allemand qui se trouvait dans les champs, quelques centaines de mètres plus haut. La victime a été ramenée sur le dos de plusieurs camarades. Il s'agissait d'un jeune homme d'une vingtaine d'années habitant Masnières. Quelle était son identité et qu'est-il devenu ?

M. D. M. et Mme M. B. (Marcoing, Nord)

 55/2 : Je vous contacte dans le cadre d'une recherche sur le thème de l'histoire des "jardins et prairies" (descriptif au fil du temps, gravure de représentation...) entourant l'abbaye des Guillemins à Walincourt-Selvigny (toutes les autres informations sur l'abbaye en elle-même étant également les bienvenues).

M. J. P. (Walincourt-Selvigny, Nord)

 55/3 (réponse dans la revue n° 55) : Recherche informations ou témoignages sur la présence de soldats Mongols à Cambrai pendant la Seconde Guerre mondiale ?

Mme M. U. (Biache-Saint-Vaast, Pas-de-Calais)

 55/4 (réponse dans la revue n° 56) : Président d'une société d'histoire, je termine un ouvrage consacré aux verreries du Hainaut. Publication prévue cette année. Un nommé MARISSAL Jules, né à Vendegies-sur-Écaillon le 4 avril 1855, a été l'un des premiers directeurs des Verreries de Familleureux. L'une des plus importantes verreries de la région. Vos historiens auraient-ils des informations sur cette famille. Ascendance ? Est-ce un ancien des verreries de Masnières ? Un petit historique de cette verrerie ?

M. D. M. (Manage, Belgique)

 55/5 (réponse dans la revue n° 55) : Mon grand-père Arthur VANROBAYS (né à Courtrai en Belgique le 19 janvier 1878 et décédé à Heule en Belgique le 25 février 1947) épousa à Courtrai le 4 juin 1904 Augusta Céline COTTYN (née à Heule en Belgique le 24 avril 1884, y décédée le 2 novembre 1947) a travaillé de 1912 jusqu'en 1927 chez la firme textile AUBLIN-GLACET de Saint-Hilaire-lez-Cambrai). Leur fille Marcella VANROBAYS (ma mère) n'avait que 2 ans lors du déménagement et elle a passé de ce fait une grande partie de sa jeunesse en France - à Saint-Hilaire lez Cambrai. Avez-vous des données concernant la famille et la firme AUBLIN-GLACET. Je suppose que la firme n'existe plus ! La firme a-t-elle pu continuer ses activités pendant la Première Guerre ?

M. A. J. M. (Courtrai, Belgique)

 55/6 (réponse dans la revue n° 55) : Existe-t-il quelqu'un au sein de votre association qui pourrait m'aider à retrouver l'histoire de ma famille. Je recherche toutes informations sur la famille des MAREST de Cambrai qui émigra aux États-Unis au XVIIe siècle. J'ai acheté un manuscrit sur cette famille, ainsi que l'ouvrage de Jean LE CARPENTIER intitulé "Histoire de Cambray" (1664), mais dispose encore de bien d'autres documents.

Dr A. W. (Red-Bank, New-Jersey, États-Unis)

 55/7 (réponse dans la revue n° 55) : Je me permets de me tourner vers vous car je m'interroge sur les raisons des orthographes que l'on trouve pour "Cambrésis" encore écrit parfois "Cambraisis". Sauriez-vous me dire si les deux orthographes sont bonnes ou si seulement l'une d'elle est recevable ?

Mme C. L. (Saint-Laurent-Blangy, Pas-de-Calais)

 55/8 (réponse dans la revue n° 55) : Le 17 août 1862, en l'église de Dives en Normandie, la Société Française d'Archéologie inaugurait la liste des 475 compagnons de Guillaume le Conquérant partis pour l'Angleterre en 1066. Dans cette liste, établie par Léopold DELISLE, figure une dizaine de chevaliers de l'Artois et de Flandre (Ardres, Hesdin, Bailleul, Bapaume, Armentières, Lille, Douai), ainsi que Geoffroi de CAMBRAI. Nombreux furent ces chevaliers à s'établir en Angleterre (Domesday Book). A-t-on des précisions sur Geoffroi de CAMBRAI ? S'est-il établi en Angleterre ?

M. P. G. (Paris)

 55/9 (réponse dans la revue n° 55) : Ma famille a habité à Villers-Guislain et j'aurais voulu savoir si on peut voir mes ancêtres dans les cartes postales du livre "Histoire de Villers-Guislain". Ma famille s'appelle GODON, mon grand-père s'appelait GODON François Augustin, il est né en 1900 à Villers-Guislain.

Mme B. G. (Villers-sur-Authie, Somme)

 55/10 : Dans "l'Histoire d'Esnes" de l'Abbé BONIFACE et dans la série de l'Officialité de Cambrai (3 mai 1758, côte 13214), on peut lire que mon ancêtre Albert LASSELIN fut mis en demeure de rembourser une caution versée pour son beau-frère Claude-Antoine GRANDSART, dont on dit qu'il devait être exécuté. Peut-on savoir pourquoi Claude-Antoine GRANDSART (né vers 1714, époux en 1741 de Marie-Anne MALINE, d'Avelin, décédée à Esnes en 1762) devait être exécuté ? Qu'est-il devenu ?

Mme M. F. (Saint-Sauveur-de-Montagut, Saône-et-Loire)

 55/11 (réponse dans la revue n° 56) : Je tente de trouver des informations sur l'ancien cimetière d'Esnes. J'aimerais savoir la date et les circonstances de la destruction de l'ancien cimetière et avoir des explications sur les "transferts" (le mot est sans doute mal choisi) des sépultures. Pouvez-vous orienter mes recherches à ce sujet ?

Mme M-C L. (Sartrouville, Yvelines)

Questions de la revue n° 54 :

 54/1 (réponse dans les revues n° 54 et 55) : Quel est le lien de parenté entre :

  • Nicolas DELHAL, de Lesdain, époux d'Eugénie LOURDEL (fille de Charles Philippe et Marie-Barbe DELHAL, elle-même fille de Nicolas DELHAL et de Marie-Barbe MÉREAU) ;
  • Nicolas DELHAL, de Lesdain, époux d'Anne DUPONT ;
  • Nicolas DELHAL de Lesdain, époux de Jeanne GRIÈRE.

M. M. F. (Saint-Sauveur-de-Montagut, Ardèche)

 54/2 (réponse dans la revue n° 54) : Recherche si, dans la liste des guillotinés de Cambrai pendant la Révolution Française, on retrouve des détails sur deux personnes du nom de BÉCART ou BECQUART, natifs de Frévent.

Mme C. P. (Haravilliers, Val-d'Oise)

 54/3 (réponse dans les revues n° 54 et 56) : En 14-18, la maison familiale du 34 rue Victor HUGO (9 rue du Nouveau Monde à l'époque) à Bertry était occupée par les Allemands qui la partageaient avec mon père Georges né en 1908, sa sœur Paule née en 1906, leur mère Éva DOUAY-ROUSSEAU et mon arrière-grand-mère Élise ROUSSEAU-POULAIN. Dans la salle à manger transformée en tribunal, un jeune soldat allemand fut condamné à mort pour désertion. Je suis à la recherche de tout document concernant Bertry, notamment pendant l'occupation allemande de la guerre 14-18. Pouvez-vous m'indiquer des pistes ? Je voudrais connaître le nom des régiments allemands occupant Bertry à cette époque.

Mme E. D. (Saint-Saturnin-lès-Avignon, Vaucluse)

 54/4 (réponse dans la revue n° 54) : Savez-vous où je pourrais trouver une histoire du Kursaal de Cambrai ? Son adresse, la période durant laquelle il a fait cinéma, ce qu'il a été par la suite, quand il a disparu (bombardement ?)...

M. B. V. (Cachan, Val-de-Marne)

 54/5 (réponse dans la revue n° 54) : Mes grands-parents se sont connus et mariés à Cambrai le 17 février 1914. Mon grand-père, A. COCHEREAU, travaillait à la Compagnie des Tramways et sans doute à un poste "intéressant" car la noce a été véhiculée dans un tramway spécialement affrêté par la compagnie et il est de tradition orale dans notre famille que l'originalité de cet événement lui a valu d'être relaté dans la presse. Pourriez-vous me prêter votre concours pour retrouver les articles qui seraient donc parus. Je souhaiterais aussi savoir s'il existe quelqu'un (ou une organisation) qui pourrait avoir conservé des illustrations des machines, des photos des hommes ou encore des documents relatifs à cette compagnie.

M. M. P.

 54/6 : Je fais des recherches historiques sur le Nord - Pas-de-Calais pendant la Seconde Guerre mondiale, sur des membres de la Résistance arrêtés sur Cambrai et ses environs en 1943. Je suis en train de lire un livre concernant Cambrai, intitulé "Le Commissaire en prison" écrit par Dominique PAOLI, ancien commissaire central à Cambrai. L'un de vos lecteurs ou une association pourrait-elle m'aider dans mes recherches ?

M. G. C. (La Madeleine, Nord)

 54/7 (réponse dans la revue n° 54) : Recherche l'ascendance de mon grand-père Pierre Joseph BAUDUIN, né à Lesdain le 11 octobre 1869.

Mme V. R.-B. (Liévin, Pas-de-Calais)

 54/8 (réponse dans la revue n° 54) : Recherche toutes informations sur l'histoire du calvaire de Rumilly.

Mme M. D. (Rumilly-en-Cambrésis, Nord)

 54/9 (réponse dans la revue n° 54) : Recherche ascendance de mon arrière-grand-mère paternelle : Irma Julie Joséphine DEGRAMONT (parfois orthographié DEGRAMMONT), née en 1843 à Villers-Guislain, décédée en 1925 à Épehy. Or je ne trouve, dans votre ouvrage sur Villers-Guislain, aucune indication sur l'existence éventuelle d'une famille portant ce nom. Je me demande donc s'il n'y a pas, dans la tradition familiale, une erreur sur son village d'origine.

M. A. F.

 54/10 (réponses dans les revues n° 54 et 55) : Passionné par la vie de Jeanne d'ARC, j'ai appris que celle-ci était passée à Cambrai en novembre 1430. Auriez-vous des informations sur ce passage ?

M. J.-M. D. (Festubert, Pas-de-Calais)

 54/11 (réponse dans les revues n° 54 et 55) : Auriez-vous des renseignements sur la famille d'HAVRINCOURT et le château rebâti après la Première Guerre mondiale, sur la sucrerie fondée au XIXe siècle par le marquis d'HAVRINCOURT, député du Pas-de-Calais au XIXe siècle ?

M. J.-M. C. (Fresnes-sur-Escaut, Nord)

 54/12 (réponse dans la revue n° 54) : Je suis à la recherche de renseignements sur une branche généalogique de mon arbre concernant les DESICY. Cette branche a une particularité, elle concerne une lignée d'horlogers. On m'a parlé d'ouvrages dont "Mémoires de la Société d'Émulation de Cambrai", en particulier certains tomes écrits par le docteur BRIFFAUT. Avez-vous connaissance d'autres ouvrages sur les horlogers du Cambrésis ?

M. J.-L. B. (Somain, Nord)

Questions de la revue n° 53 :

 53/1 (réponse dans la revue n° 53) : Je suis un amateur de Chemins de fer industriels et j'ai lu que le long du canal de la Sensée il y avait jadis une voie de chemin de fer sur laquelle circulaient des petites locos électriques ("tracteurs"), chargées de remorquer les péniches. Il semble qu'elles étaient à deux essieux, du type "boîte à sel", c'est-à-dire avec cabine centrale et deux capots aux extrémités... Je suis à la recherche de photos ou toute autre information concernant ces locomotives...

M. G. F. (Italie)

 53/2 : Je suis étudiant en Master 2 Recherche (Histoire) à l'Université de Caen Basse-Normandie. Mes recherches portent sur l'Histoire du climat en milieu urbain, dans le Nord de la France. Ces recherches se font dans le cadre d'une étude plus large, intitulée CLIMURBS, portant sur le climat en milieu urbain, du XVIe au XXe siècle, et financée par le Ministère de l'Écologie et le C.N.R.S. Je suis, à ce titre, intégré à une équipe de chercheurs. Vous pouvez découvrir ce projet sur le site de l'Université de Caen Basse-Normandie. C'est pourquoi je sollicite votre association et vos connaissances. Je suis en effet à la recherche de toutes sources possibles concernant l'histoire de la météorologie dans votre région, qu'il s'agisse de relevés thermométriques anciens ou bien de sources évoquant des événements météorologiques tels que tempêtes, ouragans, grêle, précipitations, grand froid, mais aussi de livres de raison contenant des informations de types météorologiques.

M. W. P. (Caen, Basse-Normandie)

 53/3 (réponse dans la revue n° 53) : J'ai appris qu'une famille de CARNIÈRES, avait habité dans le Département du Nord (près de Carnières (chef-lieu de Canton), Avesnes-les-Aubert, Cambrai) du XIVe au XVe siècle. Je suis à la recherche de la généalogie française de cette famille, car je désirerais trouver un lien entre les de CARNIÈRES de Carnières-sur-Haine (Belgique) et les de CARNIÈRES de Carnières en Cambrésis (France). Je suis à la recherche de leurs descendances car je suis occupé à essayer de retrouver tous les descendants de mon ancêtre Morand de CARNIÈRES, chevalier croisé, seigneur de Carnières en Hainaut, qui vécut vers 1095. Ma base de données généalogiques contient déjà plus de 83 000 personnes.

M. S. D. (Bousval, Belgique)

 53/4 : Recherche les deux actes de mariage du général GORIS avec Eugénie FLEURU et Catherine FLEURU. Le 1er mariage a certainement eu lieu en 1785 à Catillon, mais le registre ayant disparu, j'aimerais trouver le contrat de mariage. Le second mariage n'a pas eu lieu à Catillon, mais entre 1816 et 1828. Pour me permettre de remonter la généalogie FLEURU, je cherche aussi le mariage de FLEURU Joseph avec DENOYELLE Catherine vers 1782. Apparemment, les FLEURU seraient de Catillon, mais aussi de Hannapes dans l'Aisne.

M. J.-P. G. (Hautmont, Nord)

 53/5 (réponse dans la revue n° 53) : Recherche date et lieu de naissance, ainsi qu'ascendance de Florentin POTELLE (né vers 1836) et de son épouse Célénie CORNAILLE (née vers 1837 ?).

Mme P. D. (Saint-Quentin, Aisne)

 53/6 (réponse dans la revue n° 53) : Dans la revue n° 9, vous indiquez que Noël FAREZ, né à Villers-Plouich vers 1650-1660, épousa le 15 octobre 1684 Marguerite POULLIAUDE, fille de Philippe POULLIAUDE et de Marguerite DESVIGNES. Cependant, dans la revue n° 6 ("Histoire de la ferme du Bocquet à Marcoing"), Philippe POULLIAUDE, bourgeois de Cambrai épousa en premières noces Jeanne CATHELAIN et en secondes noces Marguerite DESVIGNES : du premier lit (je suppose Jeanne CATHELAIN), il a eu 8 enfants, dont Jeanne-Marguerite (Marguerite ci-dessus) x Noël FAREZ, fermier de Villers-Plouich. La mère de Marguerite POULLIAUDE serait donc Jeanne CATHELAIN et non Marguerite DESVIGNES (avec qui il aurait également eu 5 enfants). Qu'en est-il exactement de la descendance de Philippe POULLIAUDE avec sa 1re et sa 2e épouse ? N'y-a-t-il pas une inversion entre les 2 épouses ?

Mme A. B. (Érembodegem, Belgique)

 53/7 : Recherche carte montrant l'emplacement exact de la ligne Hindenburg à travers les communes de Quéant, Havrincourt et Mœuvres.

M. S. M. (Doignies, Nord)

 53/8 (réponse dans la revue n° 54) : Dans le cadre d'une recherche sur l'histoire de la cense du Chapitre Métropolitain de Cambrai, à Sains-lès-Marquion, recherche :

  • L'éventuel lien de parenté entre François-Philippe LEMAIRE (originaire d'Auberchicourt/Villers au Tertre) qui reprit en 1731 la cense et André François LEMAIRE, chanoine du Chapitre Métropolitain à Cambrai en 1716, Philippe LEMAIRE, chanoine en 1748.
  • Le lien de parenté entre Jean-Philippe POUILLAUDE, fermier du Chapitre à Sains en 1703, et Philippe Antoine POUILLAUDE fermier du Chapitre à Sains en 1716.

M. et Mme M. L. (Sains-lès-Marquion, Pas-de-Calais)

 53/9 : Recherche toutes informations sur les origines et la destinée du moulin LOISEL de Carnières.

M. V. L. (Vendeville, Nord)

 53/10 (réponse dans les revues n° 56 et 61) : Lors de mes recherches généalogiques sur l'Algérie, j'ai trouvé deux actes qui ont attiré mon attention : acte de décès à l'âge de 23 ans, le 5 août 1848 à Cherchell (Algérie) d'une demoiselle VISSE Marie Josèphe, couturière, née à Lesdain (Nord), acte de décès le 14 juillet 1846 à l'âge de 9 mois de VISSE Joseph Déodat, son fils... On relève aussi à Bouroumi (près de Blidah) le 9 juillet 1850 un acte de mariage entre le sieur Jean-Baptiste LEROY né à Saint-Vaast et dame Anne Marceline WANECQ veuve de Élie Désiré DELHAYE. Ses parents étaient domiciles sur la commune de Bertry, canton de Clary, arrondissement de Cambrai...

M. G. L. (Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine)

 53/11 (réponse dans la revue n° 53) : J'écris actuellement un ouvrage sur trois villages de la Somme : Pys, Mes et Miraumont. La famille seigneuriale de MIRAUMONT dont j'ai reconstitué l'histoire et la généalogie, aurait fait des donations aux abbayes de Saint-Aubert-lès-Cambrai et d'Honnecourt. Un certain Baudart de MIRAUMONT était prévôt de Cambrai en 1250. Avez-vous des informations ou des pistes à me fournir à ce sujet ? Existe-t-il un recueil de chartes ou des ouvrages concernant ces abbayes ?

M. J.-P. D. M. (Vitry-en-Artois, Pas-de-Calais)

 53/12 : Recherche photographies ou cartes postales anciennes représentant la chapelle LECOMTE-CHARLET (devenue chapelle Saint-Hubert) construite à Cantaing-sur-Escaut, sur la route d'Anneux dans la seconde moitié du XIXe siècle.

M. J.-C. L. (Cantaing-sur-Escaut, Nord)

Questions de la revue n° 52 :

 52/1 (réponse dans la revue n° 52) : Recherche tous renseignements concernant Paul PRÉVOT, artiste peintre originaire de Villers-Guislain, cousin issu de germain de mon arrière-grand-père Louis TOURNAY.

M. G. D. (Fressain, Nord)

 52/2 (réponses dans les revues n° 56et 63) : Qui pourrait m'indiquer quand, à quelle occasion et où a été photographiée cette scène ? Il s'agit d'un groupe de personnes de Villers-Plouich costumées à l'occasion de la bénédiction d'un calvaire voisin dans les années 1930.

M. L. M. (Villers-Plouich, Nord)

 52/3 (réponse dans la revue n° 52) : Je fais des recherches historiques sur un officier d'Ancien Régime : Jean-Eugène DUMAINE de SAINT-LANNE qui s'est joint aux troupes d'émigration du prince de CONDÉ et a été fait prisonnier à Constance en 1799. Selon un document des archives militaires de Vincennes, il a été incarcéré à Cambrai jusqu'à l'amnistie de 1801. Quelqu'un aurait-il connaissance de ces emprisonnements d'émigrés et, si oui, avez-vous quelques détails à me communiquer ?

Mme F. H. (Lectoure, Gers)

 52/4 (réponse dans la revue n° 52) : II semble que mon ancêtre Simonin de REUMONT soit originaire de votre région. Toute information sur cette famille m'intéresse donc au plus haut point. J'ai également trouvé les références d'un ouvrage : LE CARPENTIER, où justement les de REUMONT sont cités. Auriez-vous accès à cet ouvrage ? Je suis évidemment intéressée par des copies des passages sur les de REUMONT.

Mme N. R.-P. (Cormontreuil, Marne)

 52/5 (réponse dans les revues n° 52 et 64) : Je suis à la recherche de la généalogie de l'Archevêque de Cambrai François van DER BURCH, et ne sais où m'informer. Avait-il eu un frère ? Ce frère avait-il eu des enfants et existe-t-il des arrières-petits-neveux du nom de Dominique Joseph van DER BURCH, peintre, né à Lille en 1722 ? Pourrait-il aussi y avoir un lien de parenté avec le dramaturge Louis Émile van DER BURCH, né à Paris en 1794, décédé en 1862 ?

Mlle M. M. (Paris)

 52/6 (réponse dans la revue n° 52) : Je recherche des renseignements sur mes ancêtres cambrésiens de la famille PETIT-COURTIN et sur leur maison qui existait encore à Cambrai en 1907. Charles PETIT, mon arrière grand-père, fils de Jean-François Herman Tronchin PETIT, Maire de Cambrai (1793-1890), et de Virginie Rose COURTIN (1799-1882), était le premier propriétaire je crois de la savonnerie. Il naquit le 4 novembre 1837 à Cambrai et y mourut le 5 octobre 1907. Il fut conseiller municipal de Cambrai, juge au Tribunal de Commerce et trésorier du Conseil de Fabrique de la paroisse Saint-Géry, chevalier de Saint-Grégoire-le-Grand, administrateur de la Compagnie des Mines de Béthune, administrateur de la succursale de la Banque de France, membre de la Société d'Émulation, président du Tribunal de Commerce, président de la Chambre de Commerce. Il a épousé le 8 janvier 1862 à Valenciennes Élise Mélanie DUPONT, fille de Charles Louis DUPONT, banquier et Maire-adjoint de Valenciennes, et de Cécile Martine DUQUESNE.

  • Recherche l'ascendance de Charles PETIT-COURTIN.
  • Recherche l'histoire de la savonnerie.
  • Recherche l'emplacement de la maison de la famille PETIT.
  • Recherche dans quel cimetière il fût enterré ?


Charles PETIT (1837-1907), propriétaire de la savonnerie.

Mme M.-P. O. (La Chapelle-d'Armentières, Nord)

 52/7 (réponse dans la revue n° 53) : Recherche la liste des Flamands de la région de Courtrai ayant émigré dans le Cambrésis au XVIIIe siècle.

M. G. D. (Sains-du-Nord, Nord)

 52/8 : J'habite en Nouvelle-Calédonie et je cherche à localiser mes cousins, les descendants des familles suivantes : Jean-Baptiste LENGRAND et Victoire THUILEZ, fille de Maria FLAMENT (mariés à Quiévy le 21 avril 1919), à Solesmes où Jean-Philippe RENARD s'est marié à Eugénie GRASS le 13 septembre 1909 et les descendants de Camille FLAMANT et Julia VANESSE.

M. D. F. (Nouvelle-Calédonie)

 52/9 (réponse dans la revue n° 53) : Recherche ascendance de Jean-Baptiste GALLIER de Fressies (décédé avant le 8 juin 1743), époux de Marie-Gabrielle LEMAIRE.

M. J.-C. G. (Saint-Amand-Montrond, Cher)

 52/10 (réponse dans la revue n° 53) : Après 90 ans d'ignorance de ce qu'était devenu mon grand-père parti à la guerre le 18 août 1914, j'ai retrouvé sa trace récemment. Il était sergent major engagé volontaire ; il s'est trouvé, avec ses hommes, encerclé par les Allemands à Escaudœuvres et ils ont du se cacher dans une cave. Il a tenté une sortie pour se procurer des vivres et fut abattu immédiatement, ses hommes furent faits prisonniers. Les faits se sont déroulés le 26 août 1914, il appartenait au 25e Régiment d'Infanterie Territoriale, son nom était Alfred LECLERC. Je souhaiterais en savoir plus si possible et connaître le nom et l'adresse de la famille dont ils ont occupé la cave.

M. F. L.-C. (Buxy, Saône-et-Loire)

 52/11 : Je cherche des documents écrits sur une de mes familles apparentées : la famille SIX. Elle apparaît dans le Cambrésis dès l'an 1080 avec Landry SIX, chevalier, châtelain du Cateau-Cambrésis, selon une charte qui se trouvait dans l'abbaye de Saint- André, mais je ne connais pas la source de cette affirmation, ni l'auteur d'un récit sommaire sur cette famille.

M. R. S. (Hirstfelden, Haut-Rhin)

 52/12 (réponse dans la revue n° 53) : Mon mari est le fils de Marcelle REPAIRE, née à Proville et fille des anciens propriétaires du moulin REPAIRE que vous citez dans l'une de vos expositions. Nous ne possédons plus rien sur ce moulin, aucune photographie, histoire, documents puisque la famille a quitté la région au début des années 1930 suite à la faillite provoquée par la crise de 1929.

Mme M. P. (Aubière, Puy-de-Dôme)

 52/13 : Recherche des personnes qui posséderaient des billets de soldats de la guerre 1914-1918 indiquant les personnes à prévenir et les instructions en cas de décès. Transmettre vos éventuelles reproductions à la rédaction.

Mme S. L. (Caudry, Nord)

 52/14 : Achille DELEAU, de Proville, interné à Cambrai pendant la Première Guerre pour détention de pigeons-voyageurs se pendit dans sa cellule. Mais quel était le lieu d'internement des prisonniers civils à Cambrai pendant cette guerre ?

M. J.-C. D. (Proville, Nord)

 52/15 (réponse dans la revue n° 53) : Pourquoi est-ce que le château de Selles s'appelles "de Selles" ? Est-ce que cela a quelque chose à voir avec la famille des seigneurs de SELLES ? Je sais que l'évêque Enguerrand de CRÉQUY - de la 2e moitié du XIIIe siècle - avait des attaches familiales avec "SELLES" (son frère ayant épousé l'héritière, Chrétienne de SELLES et BAZINGHEN, et d'autres petites terres), mais le château date de bien avant ce temps-là !

Mme K. K. (Kansas City, U.S.A.)

Questions de la revue n° 51 :

 51/1 (réponse dans la revue n° 51) : Recherche tous écrits ou renseignements concernant Fernand LEMAY, coureur cycliste de l'avant guerre qui a collectionné les victoires dans notre région et a participé au tour de France 1938 (je crois) (et l'a d'ailleurs terminé), en qualité d'indépendant. Il a été tué lors des combats de mai 1940. Recherche aussi toutes informations concernant le général de GUILLEBON (natif de Boistrancourt, je crois) qui a rejoint de GAULLE et a participé à toutes les campagnes de la 2e D.B. dont il fut le chef d'état major lors de la campagne de France.

M. D. D. (Arras, Pas-de-Calais)

 51/2 : En rénovant une vieille maison en Mayenne, sur la commune d'Izé (Est du département) réparée à la hâte en 1940 par mon grand-père pour accueillir des réfugiés venant de Busigny, j'ai découvert le texte suivant laissé par mon grand-père : "Réparation faite le 23 mai 1940 pour réfugiés de Busigny", "année de misères", "ALLAINE Jules 47 ans". Connaîtriez-vous des personnes de Busigny ayant connu cette habitation ou notre commune ?

M. D. A. (Meslay-du-Maine, Mayenne)

 51/3 (réponse dans la revue n° 51) : Dans le cadre de la préparation d'une exposition consacrée à la Résistance dans le Nord pendant la Grande Guerre, nous sommes à la recherche de textes, d'archives et d'objets se rapportant aux activités des résistants nordistes, belges ou anglais ayant opéré dans la région entre 1914 et 1918. Je suis notamment à la recherche d'informations relatives au maire de Cambrai de l'époque, M. RAMETTE, déporté par les autorités allemandes en 1917. Disposez-vous de documents sur son action pendant la Première Guerre mondiale ?

M. J.-F. P. (Bondues, Nord)

 51/4 (réponse dans la revue n° 51) : Recherche ascendance de Scholastique DOLLEZ, fille de Nicolas DOLLEZ et de Marie-Agnès LANTHIER, fermiers à Montécouvez au début du XVIIIe siècle (Crèvecœur).

M. C. B. (Aisne)

 51/5 (réponse dans la revue n° 53) : Recherche dates de naissance, dates et lieux de mariage de Charles CAILLAUX (décédé avant 1784 à Vendhuile ou Beaurevoir) et de Marie-Françoise PRUVOT (décédée le 19 octobre 1790 à Beaurevoir).

M. G. C. (Cambrai, Nord)

 51/6 (réponse dans la revue n° 51) : Mon grand-père Joseph LABBE est né en 1881 à Lesdain et s'est marié le 27 avril 1907 à Alger. Son père Henri s'est marié à Lesdain en 1872, mais comme je n'ai pas de trace de décès en métropole je suppose qu'il est décédé en Algérie. Donc en fait ce qui est sûr, c'est que Joseph a quitté la France métropolitaine pour l'Algérie entre 1881 et 1907. Son père et sa mère devaient être du voyage. Quelqu'un pourrait-il m'indiquer pour quelle raison cela les aurait conduits à s'installer en Algérie ?

M. G. L. (Issy-les-Moulineaux, Hauts-de-Seine)

 51/7 (réponse dans la revue n° 52) : Je voudrais savoir à quelle date fut détruit le château de Villers-Outréaux, rue Georges Clemenceau. En faisant des travaux, j'ai découvert le sol et de nombreuses fondations. Pouvez-vous me donner des informations sur la date à laquelle il fut brûlé ?

M. S. J. (Villers-Outréaux, Nord)

 51/8 (réponse dans la revue n° 51) : Recherche ascendance de Marguerite (de) BANCOURT, épouse d'Alexis DESSENNE, dont le fils Alexis, maréchal-ferrant, s'installa lors de son mariage à Bantouzelle en 1737 ?

M. N. G. (Thonon-les-Bains, Haute-Savoie)

 51/9 (réponse dans la revue n° 52) : Après succession, j'ai découvert dans les archives familiales un recueil d'une pièce de théâtre intitulé "Les tribulations du marquis de la Grenouillère", comédie bouffonne en un acte par Eugène BOULY de LESDAIN. Cette pièce a du être jouée au siècle dernier par la troupe locale de mon village. Nous recherchons la date de création et nous voudrions savoir en quelle année cette pièce a été écrite pour nous orienter dans nos recherches.

M. J.-L. T. (Sainte-Pazanne, Loire-Atlantique)

 51/10 (réponse dans la revue n° 52) : Quelqu'un pourrait-il me dire quel est l'objet de cette cérémonie et quelle est l'identité du personnage qui semble l'honorer ?


M. J.-C. D. (Proville, Nord)

 51/11 (réponse dans la revue n° 51) : En cherchant des vivres fin mai-début juin 1940 dans les fermes environnant l'abbaye de Vaucelles, en compagnie du curé de Masnières et d'infirmiers de l'hôpital militaire de Marcoing, j'ai découvert dans les champs un avion allemand qui s'était écrasé et devant lequel nous avons posé pour une photo-souvenir (voir ci-dessous). Quelqu'un pourrait-il me donner des informations complémentaires sur la chute de cet avion ?


Photographie d'un avion allemand écrasé vers le hameau de Montécouvez (Crèvecœur) en 1940.

M. L. C. (Rumilly en Cambrésis, Nord)

 51/12 (réponse dans la revue n° 51) : Dans ma généalogie je descends de Marc LE MIRE, échevin de Cambrai, orfèvre et Michelle de WALINCOURT. Je cherche un historien de Cambrai ou un généalogiste qui connaît l'ascendance de cette Michelle de WALINCOURT, née à Cambrai et décédée à Cambrai en 1520 (calendrier julien), si l'on en croit VANDELEN, héraut d'armes, auteur de "Le théâtre de la noblesse de Brabant" (1705).

M. E. P.

 51/13 (réponse dans la revue n° 52) : J'ai lu dans votre revue n° 39 de juin 2004 qu'un avion allié a été abattu le 21 janvier 1944 à Rumilly-en-Cambrésis. À Raillencourt-Sainte-Olle, un fait similaire s'est produit la même année et l'avion se serait écrasé au lieu-dit "les Plaines". Vous serait-il possible de m'indiquer où et à qui je pourrais m'adresser pour obtenir de plus amples renseignements sur ce fait de guerre.

M. G. G. (Cambrai, Nord)

 51/14 (réponse dans la revue n° 51) : Recherche ascendance de Joachim CARRÉ et de Zulma BEDU, de Crèvecœur.

Mme V. R.-B. (Liévin, Pas-de-Calais)

 51/15 : Recherche tous renseignements sur l'origine du nom de ce lieu-dit d'Épehy : la "Vallée-aux-Chevaux" (et peut-être aussi la "Vallée-aux-Chiens"). Y a-t-il un rapport avec la bataille d'Honnecourt du 26 mai 1642 évoquée par Arnaud GABET dans son livre sur l'histoire de ce village ? La "Vallée-aux-Chevaux" semble bien être un lieu où furent tués (ou enterrés) des chevaux après cette bataille (je me souviens que les agriculteurs disaient déterrer parfois des os de chevaux en labourant). Mais la "Vallée-des-Chiens" ? Faut-il penser que les armées de l'époque utilisaient des chiens de guerre ? Dans les illustrations de la Conquête du Nouveau Monde, on voit effectivement des chiens de guerre accompagnant les troupes espagnoles face aux Indiens. Mais cette séparation topographique entre chevaux et chiens est étonnante, d'autant plus qu'on la retrouve dans la toponymie de Vendhuile où existent aussi une "Fosse-à-Chevaux" et une "Fosse-à-Chiens". Faut-il croire que ceux qui combattaient à cheval et ceux qui utilisaient les chiens ne se mélangeaient pas dans la bataille, ni dans la mort ? Et les combats se seraient-ils étendus jusque sur le terroir de Vendhuile ?

M. A. F. (Puy-Saint-Pierre, Hautes-Alpes)

 51/16 : Recherche implication d'Augustin Ange DELABRE de Gonnelieu dans l'industrie sucrière vers 1870. Celui-ci est en effet indiqué "fabricant de sucre" dans l'acte de mariage de son fils en 1870. Y eut-il une sucrerie à Gonnelieu ou exploita-t-il une sucrerie des environs ?

M. A. S. (Courbevoie, Hauts-de-Seine)

 51/17 : Recherche date et lieu de décès à Cambrai (?) d'Angélique Joseph DUBOIS, de Gonnelieu, épouse de Pierre-François DELABRE, décédé le 10 décembre 1867 à Cambrai.

M. A. S. (Courbevoie, Hauts-de-Seine)

 51/18 : Dans ma famille maternelle des "MASSON" implantée en Cambrésis depuis 1650 environ, il y a une tradition qui ferait remonter l'origine de la famille à un maçon italien appelé sur le chantier de la Citadelle par Charles Quint. Cette tradition probablement erronée mérite tout de même d'être vérifiée et votre étude sur la citadelle de Cambrai en donne l'occasion. Y a-t-il des comptabilités donnant les noms des architectes et maçons ayant travaillé sur ce chantier au XVIe siècle ?

M. P. G. (Paris)

 51/19 : Appel aux lecteurs : Le Centre d'Histoire des Techniques et de l'Environnement (C.D.H.T.E.), laboratoire du Conservatoire National des Arts et Métiers (C.N.A.M.) à Paris, lance à partir de septembre 2008 un programme de recherche sur le thème de l'histoire locale de la conflictualité née des activités industrielles et de leurs débordements parmi les populations environnantes au cours des XIXe et XXe siècles (avant les années 1970). Il est plus précisément question de restituer au travers de ces histoires singulières ! :

  • Les modes d'émergence et d'expression d'un conflit entre une industrie, une entreprise, voire une activité artisanale, et les autres acteurs impliqués dans la vie locale : autorités, pouvoirs publics, populations concernées, salariés, presse, etc.
  • La façon dont le conflit s'est étendu et a été géré par chacune des parties prenantes jusqu'à son éventuelle clôture, résolution ou assimilation. Il s'agit dès lors de repérer dans la série des conflits locaux inscrits dans la mémoire collective ou de celle de quelques-un(e)s, ceux qui peuvent faire l'objet d'une étude approfondie, c'est-à-dire tous ceux pour lesquels des sources existent et sont accessibles (archives locales publiques ou privées, témoignages, production livresque, presse locale, etc.).

Acteur de la vie locale, historien, porteur de mémoire ou érudit, vous avez connaissance d'un conflit qui dans le passé vous semble devoir être considéré par notre programme, vous souhaitez vous impliquer directement dans cette recherche ou vous pouvez nous mettre en contact avec des partenaires susceptibles d'y contribuer ou de nous aider !? N'hésitez pas alors à nous contacter, soit par courriel (michel.lette@cnam.fr) ou au 01.53.01.82.53 en vous adressant à Michel LETTE, responsable de ce programme..

M. Michel LETTE (maître de conférence en histoire des sciences et techniques)
C.N.A.M.
292 rue Saint-Martin
75003 PARIS

 51/20 : Recherche ascendance de Philippe Joseph MORTIER qui épousa avant 1740 Marie-Rose LEFORT, originaire de Poix du Nord et lien de parenté éventuel avec le Maréchal MORTIER, duc de Trévise.

Mme F. M. (Saint-Quentin, Aisne)

 51/21 : Recherche ascendance de Jean-Baptiste CRÉPIN, marié avant l'an V avec Marie-Philippine ALVIN.

Mme M. F. (Saint-Sauveur-de-Montagut, Ardèche)

 51/22 : Recherche série de lettres de poilus de la Première Guerre mondiale originaires du Cambrésis pour en faire le commentaire dans la revue "Cambrésis Terre d'Histoire". S'adresser à la rédaction.

Mme S. L. (Caudry, Nord)